Un convoi d'aide à Gaza pas autorisé à entrer en Egypte par la mer Rouge

Publié le par Mr.Green

viva-palestina-route2.jpgUn convoi d'aide destinée à la bande de Gaza, mené par le député britannique George Galloway, ne sera pas autorisé à entrer en Egypte par le port de Noueiba (mer Rouge), la route la plus directe, a annoncé jeudi le ministère des Affaires étrangères égyptien.

Le convoi, environ 250 camions chargés d'aides européennes, turques et arabes - de la nourriture et du matériel médical -, est arrivé mercredi en Jordanie en provenance de Syrie et se dirigeait au port jordanien d'Aqaba, sur la mer Rouge, pour entrer en Egypte via le port de Noueiba.

Il n'y aura "pas d'entrée par Noueiba. L'entrée peut seulement se faire par Al-Arich", sur la côte méditerrannéenne, a dit à l'AFP le porte-parole du ministère égyptien Hossam Zaki.

Pour entrer par Al-Arich, le convoi devra contourner la péninsule du Sinaï, et passer par le Canal de Suez avant d'atteindre la côte méditerranéenne.

Dans un communiqué, le ministère a affirmé que: "le passage du convoi dans la bande de Gaza le 27 décembre était le bienvenu, à condition d'obéir aux mécanismes mis en place pour les convois d'aide au peuple palestinien, notamment l'entrée des convois par le port d'Al-Arich".

Le terminal de Rafah, géré par l'Egypte, est le seul donnant accès au territoire palestinien qui ne soit pas contrôlé par Israël.

Le député britannique George Galloway a exhorté l'Egypte à faciliter le passage du convoi.

En mars, M. Galloway avait remis plusieurs milliers de dollars et des dizaines de véhicules au gouvernement dirigé par le mouvement islamiste palestinien à Gaza où il était arrivé avec un convoi d'aide.

Israël et l'Egypte ont considérablement réduit le mouvement de et vers la bande de Gaza depuis que le Hamas y a pris le pouvoir en juin 2007.

En dépit de la victoire du Hamas aux législatives palestiniennes de 2006, le mouvement figure toujours sur les listes d'organisations terroristes dressées par l'Union européenne et des Etats-Unis.

Commenter cet article